Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un petit mot d'explication,

notre voyagiste : Pouchkine a établi une sorte de partenariat, collaboration avec une association "Caravansérail" nous avons visité la médersa Isteza" il y a quelques jours et une collaboration avec une ferme dans la province de Samarcande, à Sazanga.

Village de Sazanga

Le but est de permettre de diversifier les cultures et productions de la ferme afin d'éviter qu'elle ne dépende que de l'élevage.

Pouchkine a acheté il y a quelques années des pommiers, puis par la suite des mûriers. Si les pommiers ont bien pris, la première fournée de mûriers n'a pas supporté l'hiver puis la sècheresse. Pouchkine a donc racheté des mûriers. 2500 en tout, pour l'instant à vue de nez j’estime qu'au moins 1/3 a bien pris (du champ que nous avons vu, peut-être la moitié pour certaines parcelles). Le reste a l'air ... en suspens.

Dans un premier temps la ferme produit des cocons qui sont revendus, dans un second temps l'objectif est d'installer un atelier de tissage.

 

Troupeau de chèvres

L'état de la route, parfois plusieurs dizaines de mètres sans goudron. Il ne faut pas croire que l'entretien est totalement inexistant, mais les hivers sont très rudes et les étés très chauds, avec le passage des camions la chaussée se dégrade vite.

La flore se défend, épineuse

Arrivée à la ferme, les chiens et animaux en général ne sont qu'à but utilitaire (garde, troupeau, etc ...) mais ils ne sont pas maltraités même si ce ne sont pas des animaux de salon

Une balance pour le grain

Le bétail, qui ressemble bien au notre

Château d'eau, rouillé servant à l'irrigation, la rivière est à plusieurs dizaines de kilomètres

Plantation de pommiers et arrosage goutte à goutte

Invitation dans une salle commune : fruits secs et thé

Une petite star se fait photographier, surveillée par son papa très fier de nous la présenter

Un peu de route en bus avant d'embarquer à bord de minis minis bus.

Plutôt serrés comme des sardines ...

Un endroit très fréquenté :

Au pied du mont un village, avec ses marchands et marchandes qui vous vendent de tout : décoctions pour guérir n'importe quoi, bricoles et brimborions, bijoux, et autres ...

mais surtout beaucoup d'endroits où se reposer, boire un thé ou manger un morceau

Les touristes que nous sommes n'effectuant pas un pèlerinage, nous avons le droit (l'obligation pour faire marcher le tourisme local) de louer âne ou cheval pour monter  jusqu'au sommet et redescendre.

La plupart d'entre nous prendra ce moyen de locomotion, sauf 3, sportifs ou n'aimant pas les chevaux ... Les ânes coûtent moins cher à la location et sont moins appréciés que les chevaux par leurs propriétaires, mais comme la plupart des touristes ont un peu peur des chevaux ce sont les ânes qui sont le plus loués. Comme je me fichais  que ce soit âne ou cheval, j'ai laissé les autres choisir prioritairement et j'ai hérité  un cheval ... qui me ressemblait : pressé d'arriver en haut, son propriétaire a passé son temps à le retenir en tirant sur sa queue (du cheval !! pas d'esprit ...), mais en vain.

On arrive à Hazrad I Dovoud

Chevaux pour "photo souvenir", j'aime pas ces rênes raccourcies qui font un beau port de tête mais abîment la colonne du cheval.

Hazrad I Dovoud, la grotte de Davoud (celui que nous connaissons sous le nom de David : le David de David et Goliath).

Avant son combat, il cherchait à se recueillir, mais trop connu, il était harcelé par tout le monde, donc il se réfugia en un lieu reculé. Là, menu miracle, à mains menues il écarta les rochers pour se frayer un passage.

C'est donc un lieu très saint, pèlerinage important et ardu ... plus de 1000 marches à monter pour accéder au sommet, après quoi plus de 100 marches très irrégulières à descendre pour arriver à la grotte, précédée d'un boyau étroit, et sinueux agrémenté de marches euh ... on va appeler ça comme ça, puis hop retour et périple en sens inverse. Et ça ne décourage pas grand monde ce parcours du combattant. La preuve, ce papy tout tordu qui est monté jusqu'ici :

Une petite mosquée où se recueillent qqs pèlerins

les marches pour descendre à la grotte

Totalement irrégulières on est souvent obligés de descendre en crabe, les marches sont parsemés de multitudes de ces minis strass tombés des robes des femmes.

Vue sur la montagne que nous avons montée à dos de cheval ou d'âne, et certains passages étaient folklos !

File d'attente

Ca va être long ... et pourtant, pas de grognement, ni d'enfants qui pleurent, même si parfois ça piétinait d'impatience

La grotte, une femme dit une prière à haute voix, et tous se recueillent.

L'endroit où les mains de Davou ont laissé leur empreinte en écartant les rochers.

Retour en sens inverse 133 marches

Puis desente des 1000 et qqs marches pour aller au village, celles ci, marches, sont régulières et larges

Le repas de midi dans un restau, sur chor poya ! enfin ! je croyais ne jamais en tester 1 mdrrr

Juste à côté de nous une mini cascade qui nous rafraîchit

Les ânes et les chevaux rentrent au bercail,

Tandis que les Ouzbèkes font la sieste

et que nous repartons

suite ... dans un prochain article, si vous le voulez toujours.

Tag(s) : #Ouzbékistan

Partager cet article

Repost 0