Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Islom Karimov est mort, président Ouzbèke sans partage depuis 1991.

Accusé de torture, de dictature ... sans doute.

*

Dans le pays, on ne voit rien, les gens sont souriants, ouverts, on peut discuter avec eux, les femmes travaillent, étudient, etc ... mais il paraît que dans les commissariats, c'est autre chose, que l'opposition est extrêmement muselée et réprimée, qu'il y a eu des exécutions.

*

Moi je dis juste ... comme c'est bizarre, pendant des années on ne dit rien, on ne dénonce rien, on ne sait rien, sauf à chercher spécifiquement des infos, laissant l'Ouzbékistan victime de répression et d'un seul coup on découvre des horreurs ??

*

Alors 2 solutions, ou les journalistes ne font pas leur boulot et ne dénoncent que ce qui leur plaît quand ça leur plait, en se fichant des populations, et ils se réveillent et dénoncent quand ils n'ont rien d'autre à dire. Ou ils ne font pas leur boulot (encore) et ne savent même pas que le pays existe jusqu'au moment où une info importante (genre la mort du président Dictateur général) est dévoilée et là c'est l'avalanche de révélations reprises de média en média, avec escalade de noirceurs. J'aimerais qu'on oublie un peu moins le reste du monde, les journalistes sont axés : URSS, USA, Europe, Chine et le reste du monde peut bien crever, sauf bien sûr si il y a un "beau fait divers", genre attentat sanguinolent, guerre et bombardements ... ou si une info peut faire pleurer dans les chaumières. Ce n'est plus de l'information, c'est du spectacle.

*

Combien d'entre nous ne savions même pas que Samarcande était en Ouzbékistan, que Tamerlan était le héros national ... et si on va par là, qu'est-ce qu'on sait de tous ces autres pays qui vivent pourtant leurs vies et créent des alliances, se projettent dans l'avenir, avec ou sans nous ....

*

Moi je garde le souvenir d'un pays sécurisé (sans doute trop car surveillé de près), de gens souriants (tous, pas rien que certains électrons délégués pour surveiller les touristes), de femmes habillées assez librement, ayant accès au monde du travail, et lorsque nous avions quartier libre, on allait où on voulait. Je n'ai pas vu la face sombre; bien sûr qu'on n'y avait pas accès. Mais est-ce qu'on visite les côtés sombres des pays que l'on traverse, le notre y compris ?

*

Que va devenir le pays ? Les intégristes vont s'implanter ? la démocratie va gagner du terrain ?? La répression va s'intensifier et la corruption aussi ?? Que vont devenir ces étudiantes que j'ai rencontrées et qui se voyaient devenir les égales des hommes ? Et Tania qui rêvait de pouvoir un jour obtenir un visa pour venir en France ? Quand je lui ai donné ma carte de visite avec téléphone et adresse, elle a été émue, vraiment émue, elle rêve de France ... Le seul pays pour lequel elle obtient facilement un visa, c'est la Russie. Est-ce qu'un jour elle me téléphonera d'un aéroport français ?

*

Pas sûre que l'Ouzbékistan restera dans les mémoires des journalistes.

Tag(s) : #ma vie comme je peux

Partager cet article

Repost 0