Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Donc dernier après midi puis le départ le lendemain matin, mais la journée est loin d'être finie : au menu Marrakech, le souk, puis dîner fantasia le soir.

Le guide nous traîne à travers les ruelles du souk jusque chez un apothicaire, pharmacien herboriste bonimenteur, camelot, sur les étagères des tas de flacons de toutes couleurs, quand on sait qu'en réalité la plupart des décoctions, infusions, extractions sont brunâtres, verdâtres, jaunâtres, on se doute bien que c'est juste pour faire joli ...

Bon je lui prendrai quand même un flacon d'huile d'argan mélangée à d'autres composants, à l'odeur je dirai camphre et eucalyptus. Vendue comme huile de massage contre les douleurs, je me suis laissée tenter, bien que dubitative, par un petit flacon à 5 € .... erreur de ma part, j'aurais dû emporter une bombonne et pas un petit flacon !

Retour dans le souk, après que j'ai mené une mini grève, le guide au lieu de nous ramener à l'hôtel pour profiter de la piscine, daigne, enfin, nous accorder un vrai quartier libre pour musarder dans le souk.

Tout le monde s'égaille dans les ruelles, j'en profite pour me défiler et me retrouver seule,

Sachets de thé, épices, écharpes dans la partie à ciel ouvert, entre autres

 direction la partie couverte

 

plateaux de cuivre, huiles diverses, bazar chinois, instruments de musique, etc

Je me fais interpeler à tous les coins d'échoppe : "madame, ça t'intéresse ?" bon, oui y a des trucs qui m'intéressent, mais ils sont trop lourdingues, alors je sors mes 3 mots de polonais :

"jestem polak", "nie francuski" (prononcer : yesdem polak et  nié françouski)

et hop, je file, la tête haute en faisant semblant de pas comprendre, je m'arrête juste acheter un petit porte carte, en baragouinant les chiffres en polonais, du coup je fais baisser encore les prix, de 5 € un, j'en ai 2 pour le prix. (5 = pięć, prononcer pintch).

Je ressors à l'air libre sur le souk

 

Je dois encore patienter 1/2 heure avant le rendez-vous. Je file vers le fond de la place, le bâtiment avec les toiles blanches ci dessus est un grand bistrot. La terrasse est bondée mais je trouve finalement une table en bordure de place et commande un "shay" prononcer tchaÏ (thé). Au bout de 5 minutes un vieux monsieur me fait signe si il peut s'asseoir à ma table :

"bitte ?"
"ja, Sie konnen"

Encouragé il se lance dans une longue tirade en allemand ... oumpf, c'est loin mes cours d'allemand. Plus de 40 ans en arrière. Moitié anglais, moitié allemand, avec des échappées en espagnol, on s'explique, il est venu en camping car jusqu'en Espagne, où il a rejoint un voyage organisé. Je lui parle de mon voyage en Allemagne en 2000 pour la foire expo à Hanovre, il me parle de son voyage à Toulouse il y a 3 ou 4 ans ... Le temps passe vite. On se quitte enchantés de cette entente franco germanique.

Retour à l'hôtel se changer, rendez vous dans le hall à 7h et des poussières, direction la fantasia et le repas agneau rôti (pas trop mon truc la viande).

J'avoue que l'arrivée me fait plus penser à l'arrivée à Euro Disney qu'à la fantasia dont j'avais gardé le souvenir vieux de plus de 40 ans. A l'époque on s'était retrouvées (ma mère et moi) en bordure d'un terrain sablonneux et poussiéreux, 2 rangées de cavaliers face à face (de jour) faisaient galoper les chevaux en ligne et se croisaient en tirant des coups de pétoire, sortant parfois des sabres en hurlant. Des femmes hurlaient et hululaient ... (zut chépa comment dire, mais c'est pas péjoratif !). Cela sentait le sable et la cordite. Puis on avait mangé un tagine sucré salé, dans une maison typique, basse, assis sur le sol, avec des tapis et des coussins, de grands plats communs, pas de couverts, on se servait avec les doigts, en mettant les morceaux de viande sur des galettes cuites sur des pierres brûlantes  ... Là ... ben je vous laisse juger :

 

 

 

 

 

 

comme vous voyez c'est quand même un sacré complexe, et on n'est pas encore au restau.

On longe la lice qui servira de théâtre à la fantasia nocturne

 

une immense tente où je ne sais combien de cars de touristes viennent déguster un agneau, au son des musiques traditionnelles (le repas + le spectacle = 45 €)

 

 puis direction les gradins autour de la piste

et le spectacle commence ... croisement entre Mario Luraschi, Disney land et folklore marocain. Bon c'était bien ... mais ... j'ai préféré ce spectacle vu il y a 45 ans  sous un soleil abrutissant, sans grands effets pyrotechniques ni chorégraphie américanisée ...

 

 

 

brume de poudre due aux pétarades des mousquets :

 

 

arrivée d'un char avec danseuse du ventre en prime ....

 femmes en costumes tribaux

 

 

 

sortie et retour au bus

petit passage par la caverne d'Ali Baba

 

 

et voilou ... c'est terminé

 

Juste 2 petites photos vues du ciel pour mon retour :

 

 

Tag(s) : #Maroc, #ma vie comme je peux, #visites - promenades - découvertes

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :