Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour une fois je viens vous parler d'un Troll.

***

Oh ce n'était pas un de ces Trolls énormes et puants que l'on a l'habitude de trouver sous les grands ponts. Non c'était un tout petit troll minable habitant à coté d'un pont tout aussi petit et minable que lui.

Les Trolls aiment les ponts de pierre gigantesques sous lesquels ils peuvent abriter toute une famille, voire toute une tribu. Mais notre pauvre Gâârd vivait devant un pont fait de deux planches de bois pourri reposant d'un côté sur un vieux rocher moussu et de l'autre sur un empilement branlant de cailloux disparates. Normalement Gâârd aurait dû passer tout son temps libre à entretenir et embellir son pont afin qu'une jolie Trolle, un jour, décide de venir y vivre à ses côtés et ponde de jolis oeufs de Troll. Et oui, beaucoup de gens l'ignorent mais les Trolls pondent des oeufs, ce sont des géodes d'agate et d'améthyste.

geode.jpg

 

Mais voilà notre pauvre Gâârd (ainsi l'appelaient les grands trolls en ricanant et en tapant du gourdin sur le sol) n'avait guère de temps à consacrer à son pont. C'est que voyez-vous, un Troll mange beaucoup. Normalement ce sont les parents Trolls, puis les femmes Trolls qui chassent ou recueillent la dîme pendant que les Monsieurs Trolls auscultent leurs ponts, tapotant la structure, remplaçant les pierres branlantes, bref faisant beaucoup de bruit pour pas grand chose en se donnant terriblement d'importance. Mais Gâârd n'avait plus de famille, ses parents étaient morts lors de l'effondrement de leur pont suite au dernier tremblement de terre, et ses frères et soeurs, plus âgés que lui, l'avaient abandonné le plus tranquillement du monde, dans l'indifférence totale de la tribu.

Gâârd après quelques jours d'errance s'était aventuré dans la vallée des Serpents (aucun serpent ne mord un Troll, il s'y casserait les dents). C'était une vallée profonde séparant le Royaume en deux, souvent plongée dans l'ombre, nul ne s'y égarait sans y trouver la mort. Hormis un Troll bien sûr. Car voyez vous, quand je vous dis que Gâârd était tout petit et minable, il mesurait quand même pas moins de 3 mètres et pesait 260 kilos, bon d'accord, c'est lamentable pour un mâle de sa race, mais d'une part il était tout jeune, pas plus de 120 ans, un bébé quoi, et d'autre part il était affamé, mangeant rarement à sa faim.

Là, suivant l'eau glaciale de ce ruisseau, qui avant le tremblement de terre était une majestueuse rivière, il avait trouvé ce pont. Enfin, pont est un grand mot : deux lourdes planches s'étaient échouées après que la rivière se soit tarie, détournée par la faille qui s'était creusée. Il s'était établi au milieu de la vase qui peu à peu se desséchait, le privant de toutes ces savoureuses larves, composante principale de sa nourriture. Avec l'habitude Gâârd devint assez rapide pour capturer les serpents. Les paysans qui habitaient les flancs de la vallée préféraient remonter vers les sommets, longer les crêtes et rejoindre l'un des 2 ponts, soit celui en amont, soit celui en aval où vivaient des trolls prospères et grassouillets qui prélevaient leur dîme habituelle en pain oeufs et poules.

Un jour que Gâârd essayait de coincer une pierre sous une des planches, afin de la stabiliser, il entendit couiner. Son premier geste fut de dresser ses oreilles rondes et velues (et légèrement crasseuses) pour repérer l'origine du son. Quant il vit le chiot agrippé à une branche, dérivant en pleurnichant, son second geste fut de s'en saisir pour le croquer. Mais il avait fait ripaille peu de temps avant en dévorant toute une floppée de serpents, et comme le venin l'incommodait, il se sentait ballonné. Il reposa son repas pensant le dévorer plus tard. Le chiot s'endormit aussitôt, à son réveil il dévora quelques restes de serpent, puis tout content il léchouilla les orteils crasseux du Troll. Gâârd rota prodigieusement, le venin ne passait pas bien, il avait vraiment exagéré sur la quantité de serpents, puis se remit mollement à réparer son pont. Une chose en entraînant une autre, le chien resta ...

Les mois passèrent, le chien grandit devenant un excellent chasseur de serpents qu'il ramenait à Gâârd, libéré de la corvée de nourriture, celui-ci avait de plus en plus en plus de temps pour entretenir son pont. Le chien chassait les serpents pour Gâârd et les lapins, taupes et autres petits animaux et des poissons pour lui même. Et l'on vit pour la première fois depuis des siècles un Monsieur Troll travaillant réellement. Il empilait des pierres, de plus en plus grosses, pour les caler, il se mit à les tailler, puis à les polir, puis à les encastrer soigneusement les unes dans les autres.

Un jour qu'il taillait les pierres il entendit un petit animal couiner. Chien grondait, ses dents claquaient, prêt à croquer l'intrus. Troll lui envoya une torgnole amicale pour le calmer et Chien se retrouva les 4 fers en l'air. Le petit animal était un microscopique matou roux tigré et sans queue. Gâârd qui passait son temps tout seul contrairement à ses congénères était devenu un peu farfelu. N'importe quel autre ogre aurait ouvert son mufle et laissé tomber le matou tout droit dans son estomac, ne recrachant ni poil ni griffe. Gâârd posa l'animal en hauteur au creux d'une branche, à l'abri de Chien et lui donna un bout de poisson que Chien avait laissé.

Chat prospéra, bizarrement c'était un excellent nageur qui adorait pêcher. Il traquait les poissons pour lui et Chien, Chien traquait les serpents pour Gâârd, et Gâârd embellissait son pont. Chien se révéla être une Chienne qui fit une escapade de quelques jours et plus tard donna jour à une jolie portée de Chiens qui furent d'aussi bons chasseurs que leur mère. Le pont  grandit assez pour abriter Gâârd et une illusoire épouse, mais il continuait. Il rajouta une rangée d'arches au dessus de la première arche, puis une autre rangée au dessus encore.

En quelques années le pont était devenu si haut que le haut affleurait le sommet des crêtes, devenant aussi grand que les grands ponts en aval et en amont. Peu à peu les paysans prirent l'habitude de traverser à cet endroit là, leur piétinement créa une sente, puis une route qui menait au pont. Ils payaient modestement, plus modestement que la dîme exigée pour traverser les autres ponts, alors ils vinrent nombreux, délaissant les autres Trolls et les autres ponts qui tombèrent dans l'oubli.Visoterra-pont-du-gard-1-4523.jpg

Gâârd devint si riche et propriétaire d'un si beau pont que les Trolles des meilleures familles se jetaient à ses pieds. Mais Gâârd était devenu bizarre et il préféra épouser une petite Trolle rachitique qui n'avait même pas de poils aux jambes. Ils vécurent ensemble très longtemps, en se tapant souvent dessus, comme tout bon couple de trolls qui se manifeste son affection, ils eurent plein de très beaux oeufs d'un vert un peu pourri, comme il se doit, sous le pont de Gâârd.

 

clic sur les images pour voir les sites d'origine

Tag(s) : #contes et histoires

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :