Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 

Il y a quelques temps je recevais ceci :

bosch

Pour vous dire la vérité je me suis pensé : "blague, pas blague !" et je n'y croyais pas vraiment.

 

Après tout pourquoi serais-je invitée ? mon blog est petit, tout jeune et je suis peu connue, pourquoi serais-je invitée ?

 

Et ça c'est précisé, on m'a parlé voyage en avion tous frais payés, et là je me suis vraiment dit "blague ou erreur !!"


J'en ai parlé au copain qui m'a dit "fonce !", mais si ça se trouve il voulait des vacances et était content de me voir au loin, vas savoir ... j'en ai causé à une copine qui m'a dit "remue toi" ... bon ... mais  quand même, j'ai pris conseil auprès de la chienne qui n'a rien compris mais m'a donné la patte .....


Bon  ...


J'ai reçu un billet d'avion électronique : OUFFFE !!! (le billet électronique, hein pas l'avion !!! quoique ...)


Après tout je me suis dit : si j'arrive à temps à l'aéroport, et qu'il n'y a pas de place à mon nom, ben je ferai demi tour ... si j'embarque, que j'arrive à Paris et qu'à l'hôtel il n'y ait pas de réservation à mon nom, je dormirai sous les ponts et j'attendrai de rembarquer le lendemain, si j'ai une place à l'hôtel et que sur le lieu de l'événement on me dise "ah, mais y a erreur ma brave dame, c'est pas vous qu'on attendait" : ben trop tard pour vous, je serai là, et paf !


Entre temps ma correspondante une certaine Perrine dont je ne connaissais que la voix s'évertuait à me dire :

"no souci, l'hôtel est réservé, et l'avion aussi !"

Et voilà pourquoi le 08, je prenais la route direction l'aéroport de Toulouse pour Paris en compagnie du copain, de la toutoune et d'un sac de voyage dans ma mini voiture.


vous voulez connaître la suite ?

_____________________________________________________________________________________________

Bon j'en étais restée dans la titine avec la ouaf et le cop's

Pour éviter les bouchons toulousains on part vers midi, (décollage 15h15 - Marignan), par téléphone on m'avait prévenue, arrivez tôt pour enregistrer le bagage.

01toulouse-blagnac-01.jpg

On arrive vers 13h 15, une charmante hôtesse d'accueil me dit que si je rentre mon sac dans mon bagage je pourrai passer ledit bagage en cabine. J'ouvre le machin (avec fermeture qui coince intégrée) j'écarte/ farfouille dans mes affaires soigneusement pliées pour caser ma besace.


À partir de ce moment, ça ne va pas arrêter, ouvrir le bigntz, sortir le sac, rentrer, fermer le bigntz, que ça va en devenir lassant !! Ben voui, dire que j'ai une pochette à mettre autour du cou dans laquelle j'aurais pu mettre billet et carte d'identité. Mais voilà elle m'attend sagement dans l'inspiration de samsonite (juste pour la coque plastique) achetée 5 € en Chine.


La prochaine fois je prends mon treillis militaire (il vient droit des puces il y a 30 ans et quelques) avec les poches ça le faisait !! mais bon, je me suis dit "des fois qu'ils me prendraient pour une terroriste avec la veste" .... faudrait coudre des fleurs roses et des peace and love dessus !! mdrr

Du coup, plus d'une heure à tuer pour rien !

On file vers le buffet, on prend un thé un café. Le café je sais pas, mais le thé avait un savoureux goût de carton prononcé, le tout au tarif prohibitif de .... je sais plus !

01toulouse-blagnac-03.jpg

On patrouille un peu, la ouaf est sage dans la voiture.

Vient l'heure.


En pleine gare, je me mets à 4 pat' ouvre le bigntz, sors le sac récupère le billet et la carte d'identité. Je montre le tout à la dame, OK, je passe.

Pas folle la guêpe, je  rentre pas les papiers dans le sac et les garde entre les lèvres, je fais des grands signes au copain, "salut, salut !!" en sautant sur place pour être visible, coincée que je suis entre 2 asperges.


On arrive à la zone vérif des bagages, toute fière je prends ma barquette en plastique pose mon sac et mon gilet dedans ainsi que mon billet et ma carte, je vois qu'il faut poser les téléphones et appareil photo aussi. Je re-ouvre mon  sac de voyage (pauvre fermeture éclair martyrisée), sors mon sac, mon APN, mon téléphone ringard, pose mes lunettes, chouette, de près je vois dans un brouillard qui gomme les défauts certes mais m'empêche de lire les instructions, c'est ballot ! du coup je sors aussi mon peigne dans son étui en fer, on sait jamais ... Géant ma barquette ressemble à un inventaire à la Prévert !!

Je passe le scan, le portique, je recolle tout tant bien que mal dans mon sac, dans le bagage ... grrr, j'aurais dû l'enregistrer c'aurait été plus simple quand même !! Je me colle les lunettes sur le pif, au loin je vois le copain, je joue les sémaphores : "re salut, salut".

Je poireaute gentiment ... Zut pause pipi !!! allez bon je file aux toilettes, un sens interdit sur la porte : là où il y a la madame et le bambin dessinés. Je me dirige hésitante côté homme à droite, après tout, y a des urgences dans la vie .... Une âme charitable venue de ma gauche me fait signe que au bout du couloir de gauche c'est OK, OUFFE !!

......

01toulouse-blagnac-02.jpg

Quand je sors de là et reviens vers la lumière du hall je vois une autre brebis égarée se poser la même question que moi et prête à prendre la même décision que moi : côté homme. Mon côté farceur ne me laisse hésiter qu'une seconde avant qu'à mon tour je n'indique le chemin.


Et là je me dis bon OK

* première étape : arriver à l'heure, paré !

* seconde étape, être enregistrée (donc être sûre de monter à bord) paré !

Déjà je me dis que si j'ai l'aller, j'ai le retour !

Reste à aller de l'aéroport Paris jusqu'à l'hôtel, un SMS m'a indiqué qu'un chauffeur m'attendrait pour m'amener à l'hôtel.


On poireaute, reaute, reaute .....

Pis c'est bon porte embarquement 21, on se précipite un peu serrés dans le couloir. Mon sac n'est pas lourd, pourtant un peu mal à l'épaule, et miracle ... il devient tout léger ... allons bon : quatrième dimension ???

Je regarde, et à côté de moi il y a un grand black souriant, sympa comme tout qui tient son sac à la main, le mien repose sur le sien ... Pfff pas sérieux ça, à regret je reprends le bidule. On monte tous dans l'avion, youpie place à côté du hublot, une dame vient assez vite s'asseoir à côté de moi, souriante, la soixantaine, alerte, laissant la place du milieu libre.

01toulouse-blagnac-04.jpg Les derniers arrivants se bousculent, foncent vers le fond ne regardent même pas la place libre, elle et moi, genre on n'a rien vu, on regarde ailleurs en se disant pourvu que personne vienne !! autre miracle de la journée la place restera libre. Et on passera 1h et 15 minutes à papoter et à se demander si le voisin de l'autre côté de l'allée qui ressemble à Mc Gyver et traficote avec une ficelle ne fera pas partie de la journée Bosch ????

02-vol-01.jpg

La suite ???

Bon donc : avion

et blablala, et blablabla

Derrière moi une gamine agitée flanque chaque 30 secondes des coups de pied dans le dossier de mon siège. Stoïque je décide de résister jusqu'à Paris, mais je tente désespérément de lancer un oeil noir à la mère indifférente. C'est pas gagné ... vu ma taille et la hauteur du dossier, j'ai beau me retourner et fusiller du regard, mon oeillade/lance flamme se perd dans l'appui tête.

Re-bon et blablabla et blablabla.

02-vol-02.jpg

On nous dit qu'à Paris il pleut, nous on est au dessus d'une mer de nuages qui souvent se déchire. En tout je compterai 9 éoliennes que je pourrai voir ... c'est pas terrible le parc français.

Mc Gyver a arrêté de traficoter sa ficelle, j'ai promis  à ma voisine SI la journée BOSCH a lieu et SI ils me laissent rentrer (ben voui, j'arrive toujours pas à me faire à l'idée que je suis bien invitée !!) que je lui dirai si ledit Mc Gyver sera de la fête.

Je réouvre mon sac pour lui montrer mon bricolage CD mini trousse (elle me sert à mettre mon nécessaire premiers secours : pansements découpés, remèdes divers, pince à épiler etc ...). Elle est gentille (la dame, pas la trousse) et elle veut bien dire "oh, ha, ingénieux, mignon etc ..."

Petite annonce "veuillez éteindre vos portables et appareils du genre blablabla", j'ai dû louper la même annonce au décollage, donc, je replonge vers mon sac, l'ouvre, farfouille sauvagement à la recherche du téléphone, l'éteins, referme le sac (je vous l'avais dit, c'est lassant !!)

On finit par arriver avec 1/4 d'avance, le pilote a appuyé sur la pédale on dirait ....

Je me dis chouetteuuuhhhh, si mon chauffeur est en retard je suis fichue de partir sans l'attendre et de le rater à la minute près, puis de me perdre, puis de ... bon pas grave tant que j'ai un téléphone et une carte de crédit .... je pourrai lancer un SOS et me payer un taxi ... Sauf que je ne me serais pas rendue à la bonne adresse, vous expliquerai pourquoi après.

On débarque, je replonge sortir ma besace de mon sac de voyage, vérifie que j'ai bien tout ce qu'il faut : carte crédit, téléphone, papiers etc ... enfonce mes lunettes sur mon pif et relis pour la quatorzième fois le SMS.

03-paris-01.jpg

vous lisez comme moi bagage 3 ??

Bon je suis à bagage 2, vaillante telle Sherlock Holmes je me lance à la recherche de bagage  3.

EUH ???? bagage 3 ?? où ça ???? hein, quoi c'est une farce, pas de bagage 3 !!

Je demande à un pilote en uniforme, ah, on ne dira jamais assez le prestige de l'uniforme !! il me baragouine en mauvais français teinté d'accent roumain, suédois, letton ??? vas savoir, que lui pas savoir, lui pas d'ici .... en tout cas j'adore son accent ! bon direction un guichet réservation de voitures. Le préposé d'un air las et suffisant m'indique vers le fond du couloir, pfff.

J'interviewe une hôtesse, elle me jure ses grands dieux que non y a pas de bagage 3 ! Hein ?!?!?! que là bas ce sont les départs, que là ce sont bagage 1 et 2 et basta. Je tapote nerveusement sur mon clavier direction Perrine : "suis arrivée, suis sortie 7", espérant qu'elle me rappellera. Pas de réponse.

Je fais 1/2 tour en envisageant tous les scénarios qui vont de la fin de la farce et de mon retour harassé et furieux à Lasgraïsses, jusqu'au séjour rageur et auto financé où je me taperai la tournée des grands ducs.

Chemin faisant je repère un gars en costume noir qui à l'aller avait interviewé aussi une hôtesse et qui avait l'air aussi hésitant que moi. Je me fais le pari (ce qu'il y a de chouette dans ces cas-là c'est que je me paye toujours rubis sur l'ongle si je perds) que le gars pourrait bien être ... pourquoi pas le chauffeur qui aurait perdu la chauffée, non je veux dire la passagère aux orteils surchauffés : moi !

"Euh vous cherchez quelqu'un" que je lui dis au culot, comme si je pouvais le renseigner ! il me montre une pancartounette rouge et verte, aux couleurs de la marque invitante, avec écrit : le coin des bricoleurs !

Wouah ! Youpie ! je l'embrasserai bien ce cher homme ! bon il sait pas à quoi il a échappé !

Je suis piaffante et prête à partir direction l'hôtel, ah mais non, il manque un passager !! On regarde vaguement, pas de gars à l'air perdu et hésitant, tout le monde trotte dans tous les sens. Mon guide téléphone et part d'un air décidé vers la sortie, je trottine derrière lui en rêvant d'une bassine fraîche où plonger mes petons.

Ils font pas des bains de pieds à remous chez Bosch ? non ? Zuuuuuuuuuuuuuuuutre !

Bon on récupère le monsieur en question qui attendait placidement à une sortie.

Et zou, en voiture Simone on charge nos bagages respectifs, on monte dans la voiture  et direction Paris, au début "ça roule très très très bien" dixit le chauffeur, bon moi à Toulouse j'aurais dit :

"y a du monde quand même, hein ?"

On papote, enfin moi surtout, je vous ai jamais dit que je suis bavarde comme une vieille pie ? non ? ben vous le savez maintenant !

En discutant j'apprends, que moi qui pensais être à l'hôtel Novotel à la gare Montparnasse, je suis déplacée à côté de la gare du Nord !! heureusement que je n'ai pas dû m'y rendre par mes propres moyens, j'ose pas imaginer mes pérégrinations du Nord au Sud de Paris vers 17 h dans un métro aux lignes inconnues !! j'en ai des sueurs froides rétroactivement !

J'apprends que le Monsieur a fait plusieurs fois des événements de ce genre, chouette pour lui, et rassurant pour moi. Je lui dis qui et quoi je suis/fait, il parle à voix toute douce, j'ai du mal à l'entendre, ben voui, un tympan en moins ça aide pas ....

Il m'envoie les coordonnées de ses blogs sur mon mail (avec son super engin, téléphone/internet etc ...) après que triomphale je lui ai généreusement distribué une de mes riquiqui cartes de visite.

C'est LUI.

on passe devant ça :

03-paris-02.jpg

 

Bon le "roulage" se gâte on entr'aperçoit la meringue parisienne, enfin le Sacré Coeur.

On n'est plus très loin, on passe à côté du métro aérien, fichtre j'avais oublié le boucan qu'il fait. Je sens que Monsieur Doliprane va être de la partie tout à l'heure.

03 paris 03

Je regarde partout, un gars en patin à roulette entraîne sa couvée de 2 marmots en patins à roulettes, aussi, entre les voitures, il y a des magasins avec de superbes saris, des tas de gens qui courent.  Ben oui, c'est Paris. Les façades me paraissent moins grises que dans mes souvenirs.

On arrive gare du Nord, la voiture s'arrête, le chauffeur nous dit "c'est à gauche en face"

Pardon quoi ? à gauche ou en face ? Bon mon covoituré a l'air  de comprendre, j'emboîte le pas et nous voilà à l'Hôtel ! ouf ! reste plus qu'à savoir si je suis bien inscrite ou si je repars la tête basse chercher un hôtel moins cher.

La nuit tape aux alentours de 180 à 190 € !!!


Suite plus tard, mon clavier est en surchauffe et je sens que je vais créer une catégorie à part : "ma vie comme je peux !" où je vous raconte mes petits grands délires extra quotidiens quand ils se produisent.

________________________________________________________________

Bon nous voilà à la réception, j'arrive, me présente, ok, j'existe. Chouette je ne dormirai pas sous les ponts ! On me demande ma CB, hein quoi ?? Il (le réceptionniste) marmonne que c'est normal, mon collègue aussi trouve cela parfaitement logique. Bon OK, on me donne ma carte magnétique, chambre 234. Mon collègue connaît quelques démêlés avec l'enregistrement, on lui a rajouté un "De" devant son nom, l'annoblissant vite fait et faisant patiner le concierge au moment de trouver la réservation. Bon c'est réglé. Pis je me demande si le tit déj est compris dans la réservation, je pose la questione au concierge qui me regarde comme s'il m'avait poussé des oreilles d'âne. Allons bon je me sens encore plus provinciale/bouseuse, qu'est-ce que j'ai donc pu dire de si bizarre ?

Pis il demande en gros "mais c'est pas vous qui payez" ? Hein ! quoi, que , qu'est-ce ?? ah non môssieur, sinon je me sauve !! Explications : non c'est Bosch qui doit régler !! si si !! Le concierge "ha je vais demander à mon collègue" repassez dans un quart d'heure !" pffffffffffff

Heu ... ?!?!

Je re téléphone à Perrine, la pôv, elle va me maudire avec le nombre de coups de téléphone que je lui ai passés, mais elle est toujours souriante et de bonne humeur à l'autre bout du fil !! Une perle ! Elle m'assure que "no souci et que le tit déj est compris !" Merci Perrine !! Par la même occasion elle me révèle qu'on aura une navette qui viendra nous chercher à 9h 30 dans le hall ! youpiiiiee !

L'hôtel est immense j'ai l'impression que ça pédale dans la choucroute par moment chez eux, la main gauche ignore ce que l'oreille droite entend !!

04-paris-01.jpg

Je retourne voir le concierge : géant j'en profite pour ignorer l'ascenseur, c'est que j'ai 5 bons kilos (et je suis modeste) à perdre moi !

Allez zou 2 étages à descendre OK !!! ça roule ma poule tout est réglé !! Et je lui dis, ha bon ça m'étonnait aussi que vous me demandiez le N° de ma CB, il insite non, non, c'est normal, ocazou ... n'empêche que j'apprendrai le lendemain qu'on n'a pas demandé leur CB à Pascal et à Judith euh .. Julie ? qui sont arrivés après nous et avec le même type de réservation ....

Bon voilà où j'en suis :

* j'ai pris l'avion,

* suis arrivée à l'hôtel sans être perdue,

* j'ai une chambre et le tit déj payé !! wouah !! chouette

* et pas besoin de me bagarrer avec le métro demain matin, il y aura une navette !

Evidemment entre temps, une fois de plus j'ai fait la bêtise de garder la carte magnétique à la main (la clef de la chambre), quand je fais ça elle ne marche jamais, ça fait des années que je le sais pourtant !! Il a fallu que je lance un SOS à mon collègue qui a ouvert la porte, vitef j'ai rangé la carte dans mon sac, en me jurant de la toucher le moins possible sinon elle va encore foirer !!

Et pis je ré ouvre mon fichu sac, la dernière fois de la journée, je déplie mes affaires et tente de joindre le cop's : bernique !!

04 paris 02 Bon tant pis, je file me promener, je pensais aller vers le Sacré Coeur, puis en fait j'ai déambulé, le nez en l'air avec le pas lent de la campagnarde en vadrouille. Je suis la seule à mercher à cette allure ! Je finis par accélérer sans savoir pourquoi, juste histoire de faire comme les autres ! Je fais un tour dans le métro, une façon de me rappeler de vieux souvenirs, flâne devant la gare du Nord, prends quelques photos. Entre ma chemise fleurie et mon appareil photo, y a pas je suis la parfaite touriste.

04-paris-03.jpg

 

04-paris-04.jpg

Je me perds un peu dans les rues parallèles, je tombe sur une scène sortie d'un film genre "marche à l'ombre" : un gars accoudé sur la portière d'une grosse voiture et qui lance à l'autre "je te balance la vérité, mec, et toi tu me balances pas la vérité, je te jure mec, y a le respect ..." Je m'arrêterais bien pour profiter du spectacle, mais bon, pas sûre que ce soit bien vu, alors je file et me retrouve devant une boulangerie qui vend des sandwiches et des pizzas. Je m'achète un gros machin dégoulinant de tomate et de chorizzo pour 2€50. Pas cher en fait .... J'en viens même pas à bout, me force quand même parce que je vois un couple : la femme appuyée contre l'homme, à moitié allongés dans la rue, contre la grille du métro et devant eux une peite assiette en carton et un gobelet en plastique avec de l'eau. Ils ne font même pas la manche et ont l'air blasés, personne ne les regarde. Je me sentirais coupable de jeter ma pizza qui finit par m'écoeurer.

Je flâne un peu, devant la gare, je vois débouler une cohorte de nanas en ordre dipersé, et me dis que je ferais mieux de rentrer.

04-paris-05.jpg

Allez zou, je rentre, monte mes 2 étages, me vautre devant la TV, pas envie de chercher, me colle devant la 6 : NCIS. Allez bingo c'est en américain ! Alors quoi ? Juste par entêtement j'essaye de passer en français, zéro, niet, nada, que dalle, rien du tout !! et pourtant j'appuie sur tous les boutons, quitte à faire exploser la télécommande ! Naaaan ça reste en américain !! pourtant toutes les autres chaînes sont en français. C'est sans doute un programme multilingue réglé sur la VO, et pas moyen de venir au français. Au bout d'une demie heure d'acharnement thérapeuthique j'appelle la réception. Le gars me conseille gentiment de tenter les boutons de la télécommande. Je lui explique que si je continue je vais massacrer la télécommande. Il me dit "je vous envoie quelqu'un !" Chouette merci !!! Euh ... vaudrait mieux que je m'habille quand même.

04-paris-06.jpg

Au bout d'un moment un p'tit jeune arrive qui va passer 5 grosses minutes à tenter de faire flancher la télécommande comme je l'ai fait juste avant !!! bon pas grave, il repart ! je balance la télécommande dans un coin, me laisser bercer par le dialogue auquel je ne comprends rien et farfouille pour regarder si il y a un plan de Paris, j'enlève les oreillers surnuméraires, éteins la TV et ma conscience. Bonne nuit les petits !

Bon, la veille au soir j'ai mis le réveil à 7h 30 espérant vaguement pouvoir enfin faire une grasse mat. Ben oui réveil chaque jour en fanfare vers 6h, par la ouaf qui couine/hulule après sa gamelle ou par le copain qui descend l'escalier avec la grâce d'une ballerine éléphantine.

Espoir illusoire ... quand je jette un oeil torve sur mon portable il est 5h 45 !!!  Quoi, de quoi !! mon sens du devoir a sévi et je me suis réveillée prête à mettre la pâtée (non pas à quelqu'un, mais dans la gamelle !).

05-paris-01.jpg vue de ma chambre

Je traînaille avec une superbe bonne/mauvaise conscience dans le lit jusqu'à 6h30. Puis direction la SDB, chouette une fois de plus je ressemble à un hérisson ensommeillé ! Bon la douche, eau glaciale, j'attends, tends, tends, finalement l'eau chaude arrive, d'un coup, brûlante, juste au moment où j'ai fini !! Gag, bon ça me fait plutôt rigoler. Ranger affaires, vérifier pour la xème fois que j'ai bien tout : téléphone, CB, APN, et tout l'alphabet qui va avec dans le désordre. Direction SAM (euh ... salle à manger) évidemment je la loupe, descends à la réception, remonte au premier. Buffet à volonté.

Thé ? où est le thé ?? fichtre une careli sans thé c'est comme une voiture à pédales sans pédales ! Bon un gentil pingouin en noir et blanc me montre que c'est la cafetière qui délivre l'eau chaude dans laquelle on trempe un sachet de thé au délicieux goût papier. Petite assiette : jambon + fromage + banane + mini pain aux raisins + mini chocolatine (pour les "estrangers au sud" une chocolatine = pain au chocolat). Je mastique allègrement et pars me promener un oeil  en l'air, l'autre sur les crottes de chien.

Je renifle l'odeur de Paris endormi, presque pas de voitures, peu de passants, 1 ratier, un épagneul et un bâtard de labrador qui traînent leurs patrons.

Au bout d'un moment je décide après avoir bien zigzagué de rentrer vers l'hôtel, je suis sûre de mon sens de l'orientation et n'hésite pas une seconde.

05-paris-02.jpg

05-paris-03.jpg

05-paris-04.jpg

D'ailleurs je reconnais l'église st Vincent de Paul, pourtant je ne suis pas passée devant tout à l'heure, puis la rue Fénelon, bien sûr que c'est la bonne direction et je tourne vers la rue des petits Hôtels.

 

J'en suis sûre c'est là ! C'est le moment où  les parisiens rigolent !! j'ai tourné le dos à l'hôtel, et pourtant mon sens de l'orientation ne m'a jamais trompé de ma vie ! Et là, je rajeunis d'un seul coup de X7 ans : j'avais 6 ans quand j'étais venue ici, passer une soirée chez mon tonton !!! Oh la vache ! je ne savais même pas où il habitait !!!

Vite fait je me réoriente, il me faut marcher avec le soleil dans les yeux ! Youpie Indianette Jones c'est moi, et zou je rentre tel un pigeon voyageur à mon hôtel.

Installée dans le hall j'attends, tends, tends .... À côté de moi une jolie blondinette et une brunette sympa parlent du coin de bricoleurs. Je tends l'oreille (la bonne à gauche) si vous me parlez à droite faudra me répéter 3 fois les trucs, vais finir avec un sonotone comme Tryphon Tournesol moi !

J'engage la conversation, "voui moi aussi je suis là pour le Coin des bricoleurs". Chouette ! "quelle région ?"

Bon on papote, d'autres arrivent ... il y a "Stéphanie bricole", "que cache ma boîte à belettes", et d'autres encore ... le hall se remplit. Je ne vois pas  mon collègue de la veille. J'admire son détachement, quand j'ai un RDV je me présente toujours avec 1/4 d'heure d'avance en croyant être en retard, lui manifestement n'a pas ce genre de problème !

Le chauffeur arrive, et zou tout le monde en car, enfin presque, il manque 3 retardataires, qui en fait sont à l'heure, c'est nous qui sommes en avance.

Et zou roule ma poule. C'est là que je commence à me ronger les ongles "c'est quoi ce challenge/atelier dont ils ont parlé ? hein, et si je me mélangeais les crayons, pis j'espère qu'il n'y aura pas besoin de parler en public", et vu ma mémoire de poisson rouge en ce qui concerne les noms tant que je ne les ai pas vus écrits je souhaite qu'on ait des badges, sinon je vais appeler tout le monde machin ou truc.

Les réponses seront respectivement si et non. Si : on va parler (euh ?) en public, et non : pas de badge.

La suite dans pas longtemps, le temps que mon clavier se repose

On roule tranquillou, je me suis assise à l'avant, super vue pour ausculter la ville.

Bon Paris, c'est Paris, on passe le canal Saint Martin, 2 canards nagent au milieu de ... boof, disons que ne m'y laverai pas les pieds .... Une mouette atterrit à côté d'eux, je crois n'avoir jamais vu une mouette au plumage aussi gris ... On nous avait prédit de la pluie, mais non.

Pas grand chose à dire sur le trajet, rue de la fontaine au Roy, on arrive. Le car lâche la volière. J'ai pu remarquer quand même une plus forte proportion de gars qu'on n'en trouve sur la blogosphère. Malgré tout les femmes sont majoritaires.

Et on papote, en marchant quelques mètres. Une petite porte qui ne paye pas de mine, sur une mini façade, enfin c'est ce qu'il paraît de l'extérieur. On rentre une entrée style atelier, des patères sur la gauche, des portants avec cintres, quelques casiers en bois où on pose nos bagages. Sur la droite une sorte de bar derrière laquelle notre accompagnatrice se met pour nous expliquer qu'il y aura 5 ateliers : rangement, relooking, peinture, palette et détournement. Elle nous encourage vivement à choisir une chose qu'on ne pratique pas d'habitude. C'est vite vu :

* palettes j'ai fait un article sur x façons de les détourner,

* rangements, je passe ma vie à essayer d'inventer des trucs ingénieux dès que j'arriverai à récupérer des caisses de bouteilles de vin. Bizarrement Madame Valérie Damidot en trouve plein et facilement, moi la seule fois où j'ai demandé à un caviste en grande surface, j'ai cru qu'il allait me mordre. Quand je verrai le nombre qu'ils ont récupéré ici je vais me sentir verdir de jalousie.

* détournement d'objet, je ne fais que ça: ça tourne à la manie même, je ne vais pas persévérer, non ?

* peinture : je pratique, pratique et ai encore les murs du salon et le plafond à repeindre cet été, alors pour sagement éviter l'overdose annuelle, je vais passer à autre chose

06-paris-02.jpg

plafond d'un atelier de la Cartonnerie : je veux ça comme ambiance couleur pour mon plafond

* Me reste donc le relooking que je ne pratique pas, bien que je rêve de patiner / lasurer le meuble du salon.

Sagement comme les bons élèves que nous sommes nous déclinons nos desiderata ... et vu l'heure ce serait quasiment mon désir de rata : bouh le mauvais jeu de mot !!! mais que voulez vous, 10h30 c'est l'heure de mon petit encas à la maison.

Pas possible ! ils sont télépathes ! on a un petit buffet super sympa qui nous attend au bout de l'enfilade des pièces/ateliers.

Je ne vous mettrai pas les photos des croissants, des chocos et tout le reste, suis pas sadik moâ !!! Quoique ... alors juste une tite photo d'ambiance :

06-paris-01.jpg

On trouve vite nos marques, faisant le tour des salles : admirant les vieux outils, presse, projecteur etc ... Une vraie colonie de vacance qui s'égaille et s'égaye  en prenant possession des lieux.

06-paris-03.jpg

 

06-paris-04.jpg

 

06-paris-05.jpg

Les langues se délient, on découvre que certains se connaissent, j'ai déjà indexé le tuto de l'une d'entre elles : les broderies de Sylvie et aussi de Stéphanie bricole et probablement d'autres encore. Le monde des blogueurs est à la fois vaste et restreint !!

Bon c'est pas tout ça les choses sérieuses commencent : RDV en classe on va avoir droit au petit laïus de présentation.

Du coup je découvre la pauvre Perrine que j'ai harcelée au téléphone avec mes demandes. Elle est telle que je l'imaginais, souriante, jeune et agréable. Re merci mamzelle Perrine de m'avoir supportée et d'avoir répondu à mes X coups de téléphone.

06-paris-07.jpg Et on nous présente Bosch ... je connais la perceuse du copain est héritée du grand père ! increvable le bestiau, il t'arracherait les épaules, le truc !! mais il perce (je parle de la perceuse !!!).

En fait c'est plutôt la plate-forme qu'on nous présente : 1to2 (prononcer ouanetoudou) en Allemagne et traduit pas du tout littéralement mais de façon beaucoup plus compréhensible par "le coin des bricoleurs" en France.

Nous sommes conviés à partager nos projets/réalisations sur une plateforme commune, afin de promouvoir nos idées/blogs sur une plateforme sponsorisée par Bosch. Ce peut être sympa, va falloir que j'y réfléchisse. Sur ma gauche une fille souriante, belge (je vous ai pas dit ? J'adore la Belgique, avec une préférence marquée pour Gand -Gent- mais faut pas le dire, parce que Bruges serait jalouse, que Bastogne ferait la tête que .... bref j'aime bokou la Belgique). Elle a choisi le même atelier que moi, son blog : "j'ai un secret à te dire" .

On reconnaît les bons élèves appliqués qui prennent des notes et les cancresses qui cherchent les fautes dans la présentation, les bafouillages et qui tentent de voir par dessus les portes fermées ce qui se passe derrière ... Qui moi ??? pfff, comment z'avez deviné ???

Bon Okay ...

aucoin Vient le moment maudit, redouté, détesté ..... :

on nous demande de nous présenter. Ben v'là, moâ la bavarde, toujours prête à dire une sottise, dès qu'on me refile un micro je suis aussi empôtée (avec carrément un accent circonflexe) qu'un pingouin à qui on refile des aiguilles à tricoter ! Et encore lui il saurait quoi en faire : harponner des poissons ! Moi le micro ... euh ... à part comme instrument contondant .... bref, c'est confondant !

J'essaye de ruser, de le faire passer au rang derrière, pffff z'ont l'oeil ces zouaves ! Cathy (ma voisine Belge) s'en sort avec les honneurs, moâ ... grr je coasse trop loin du micro, chouette du coup personne a rien entendu l'équivalent d'une demie phrase !! Yeahhhh ! a bien rusé la careli !! (même pas fait exprès en réalité).

Ouf !!! Par ci par là, je reconnais des noms de blogs connus. Je me demande de plus en plus ce que fiche là mon tit blogounet à moi !! Ils ont beau avoir affirmé qu'on était là suite à un coup de coeur, je reste perplexe, z'ont dû tirer au sort pour combler un trou et manque de bol pour eux c'est mon blog qui est sorti ! c'est certain.

Là dessus on nous dit : "Allez zou c'est l'heure de lunch de midi" (bon ils l'ont pas dit avec l'accent "zou", mais pour mon estomac ça revient à ça, d'autant qu'à un moment j'entends un mot magique : MACARON !!!

 

suite au prochain épisode.
Mardi 12 juin 2012

 

Et nous voilà lâchés dans l'arène !! En fait, je veux dire devant les petits fours et autres bricoles !! Oh et puis zut je ne résiste pas au plaisir sadique de vous faire baver devant vos écrans !! 07-paris-01.jpg

Y en avait aussi sur le bar, et la table était looongue, bref on avait largement de quoi ! Et ça finit en beauté avec des ... MACARONS !!! j'adooooooore.

On se retrouve 45 futur(e)s challengers, et ouiii, nos oeuvres seront jugées, jaugées, primées !!! PS madame ma voisine de l'avion : le Mc Gyver n'est pas de la partie. Si ça se trouve, c'était le vrai ???? 

Pis on repapote, je distribue quelques cartounettes de visites.

J'apprends qu'il y a un "traître" dans l'équipe qui nous présente le challenge. L'animateur brun et souriant est de Narbonne et ce "traître" a l'accent de Paris !!!! Moi qui chaque fois fois que j'ouvre le bec vois fleurir des sourires genre "Tiens elle est du Sud, elle !"

 

J'ai juste oublié de vous dire qu'on nous a distribué de supers tee-shirts pour nous protéger des dégâts, pour qu'il convienne à mes épaules, je me retrouve avec un machin qui pourrait me servir de robe. Bref je ressemble à un petit tas !!  

07-paris-11.jpg Les groupes se dirigent vers leurs ateliers respectifs : et vogue la galère on se retrouve avec nos animateurs/profs/aides respectifs.Et on nous donne notre tâche/but/challenge à réaliser. Je demande à Cathy si on fait le bigntz ensemble. OK, chouette. Notre but relooker une bête étagère Ikéa blanche. notre "animatrice" encore une Cathy n'a pas fini de parler que notre duo commence déjà à embrayer sur le truc, elle commence une idée, je la finis et inversement, bizarrement pas de discussion, on a les mêmes idées au même moment, juste des petits points de détails sur lesquels on chipote, genre secrets de filleS ou secrets de fille ... points de suspension ou étoiles, bref du détail. 

07-paris-14.jpg

Elle file récupérer une planche de bois et la découper en fronton à l'atelier des palettes puisque nous n'avons comme matériel que pinceaux, rouleaux, colles, papiers. Puis on leur emprunte aussi la visseuse, pendant qu'elle dessine et découpe, je ponce. Chouette la bonne idée d'avoir mis un pantalon noir et des converses noires !!!

Ça s'agite dans tous les sens, tous les ateliers parlent, coupent, vissent, vrombissent ! J'adore, ça motive dans la bonne humeur. En haut à l'étage l'autre atelier (faire un luminaire à partir de bols) est en peu à l'écart. Des gens circulent regardent ce qui se passent.

La peinture rose qu'on a choisi ressemble à du ciment vu sa compacité !! 

Bien sûr je suis plus petite que Cathy, du coup elle me recrépit les bras, zutre, j'arrive même pas à lui rendre la pareille. mdrr, une vengeance en attente !!

Le gris (peinture pour le sol) est plus sombre que prévu et le rose en séchant laisse ressortir le blanc par endroit.

07-paris-02.jpg

Les étagères sont trop longues et trop larges. Cathy l'animatrice nous les recoupe. Le temps passe tellement vite qu'il est 16 heures passées et qu'on a presque fini sans qu'on s'en soit rendues compte. Je profite que ma binôme peint à main levée des ronds et des étoiles (moi j'en aurais pas été fichue, j'aurais bricolé des pochoirs, pas elle : bravo !) pour aller photographier les chantiers en cours. C'est ce que je préfère, plutôt que les choses finies et bien léchées.

Donc voilà un tit panoramique :

07 paris 004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 07-paris-005.jpg

 

Gagneront les challenges :

le robot,(2 prix)

la table avec une réserve

la lampe 2 bols/ façon bonhomme

et la petite chaise/ palette avec un coeur dans le dossier

 

 


   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  notre ouvrage à Cathy et moi : l'étagère rose et grise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07-paris-016.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07-paris-19.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout cela se termine dans les applaudissements, les remises de prix, suivies d'un pot de départ  agrémenté de cadeaux : perceuses-visseuses pour les un(e)s, pistolet à colle ou à peinture, meuleuse, etc ... chacun(e) emporte un des outils proposés.

On nous remet aussi un grand sac de voyage Bosch (je vous jure la super colonie de vacances qu'on fait avec nos tee-shirts et nos sacs !!) et une paire de gants de travail !

Gâtés qu'on est !!!! Mais je ne sais pas pourquoi cela me fait penser à la chanson des 7 nains de Blanche neige ...

Je me demande toujours pourquoi j'y étais, mais je m'y suis super amusée, J'espère bien garder le contact avec certain(e)s d'entre eux/elles. Pas sûr que ce genre d'événements se reproduise ou que j'en fasse partie, mais j'ai adoré !


Bon voilà me reste plus qu'à rentrer à Lasgraïsses

Partager cette page

Repost 0